-
00:00 / 00:00

LA SOURCE DE KERIZINEN

En 1952, elle vit jaillir une source et entendit cet avertissement: « Je couvrirai de Ma protection ces terres bretonnes d’où doit surgir une France nouvelle, une France chrétienne gouvernée par ce grand monarque, envoyé spécial de Dieu, défenseur de l’Eglise et de la liberté. Sous son règne, toute justice sera rendue. »

 

Il n'y avait pas d'eau à Kerizinen. Le 6 août 1949, la Sainte Vierge promit de l'eau si l'on priait beaucoup. Le 13 juillet 1952, l'eau a jailli en contrebas du champ des Apparitions, depuis elle n'a jamais tari. De nombreuses guérisons ont été obtenues par cette eau.

C'était durant l'été 1949.

 

C'était un été sec et torride. Jeanne-Louise se souvient qu'un jour, sa sœur Anne revenait de Feunteun Venn, portant la jarre de dix litres, et arrivant à Kerizinen, un pèlerin s'approcha d'elle et lui demanda à boire.

 

Anne lui donna donc un verre d'eau, et tous arrivèrent alors auprès d'elle, pour en demander autant.

En un rien de temps, la jarre était vide et il lui fallut repartir de nouveau à Feunteun Venn.

Peut-être est-ce à cette occasion que les pèlerins demandèrent à Jeanne-Louise de supplier la Sainte Vierge

de donner de l'eau à Kerizinen, comme Elle l'avait fait si souvent dans d'autres lieux d'apparitions.

Aussi, lorsque, la 6 août 1949, Jeanne-Louise revit la Sainte Vierge, elle lui demanda :

 

" Est-ce qu'i! n'y aura pas d'eau en ce lieu ? "

La Sainte Vierge lui répondit :

 

" PRIEZ, PRIEZ BEAUCOUP ET VOUS AUREZ DE L'EAU "

 

 

Trois ans d'attente.

 

Alors s'organisèrent des pèlerinages. On redoubla de prières. Puis, on cherchait l'eau partout.

Quant à Anne et Jeanne-Louise, lorsque le travail de la ferme le permettait, elles se joignaient aux prières, et elles continuaient, comme d'habitude, d'aller chercher leur eau potable à Feunteun Venn.

Tout le monde cherchait l'eau, les pèlerins de passage, comme les habitants proches. Mais personne ne trouvait rien.

 

A partir du 13 juillet 1952

A deux heures de l'après-midi, en plein été torride et sec, il n'y avait eu ni pluie ni orage depuis longtemps, l'eau a commencé de couler, en contrebas du champ des apparitions, à la grande joie de tous. 

" EN CE LIEU, JE DESCENDS SURTOUT POUR LES PÉCHEURS, CEPENDANT SI L'ON M'ECOUTE,

JE NE REFUSERAI PAS LA SANTE DES CORPS. "

NOTRE DAME LE 24 MAI 1949

1/8

© KERIZINEN 2020

Car visiblement, de Ma protection, Je couvrirai ces terres bretonnes, desquelles doit surgir une France nouvelle, une France chrétienne, gouvernée par ce Grand Monarque, envoyé spécial de Dieu comme défenseur de l'Eglise et de la liberté, et sous le règne duquel toute justice sera rendue."